Mariage pour tous

0 commentaire Le par

L’Assemblée Nationale vient d'entériner la loi « Mariage pour Tous » qui ouvre enfin le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. A la section PS de La Rochelle Ville, notre humanisme et notre socialisme félicite cette avancée historique qui élargit l'égalité, socle incontestable de notre République. Cette victoire ne doit pas nous faire oublier que l'égalité pour tous et surtout pour toutes n'est pas encore acquise. Nous poursuivons et intensifieront notre action partout où l'oppression persiste. Cette victoire appelle d'autres combats, le prochain étant l'ouverture de la PMA à toutes les femmes que nous défendrons dans le cadre du projet de la famille à

Histoire et mémoire du Parti Socialiste à Matha

0 commentaire Le par

La section de Matha vous invite à une conférence:  “Histoire de la gauche et du Parti Socialiste en France” Par Jean-Marcel BICHAT, ancien délégué national chargé de “Histoire et mémoire du Parti”.   Rendez-vous Mercredi 17 Avril à 20h30 au Forum (cinéma) salle B à Matha. Adresse: rue des Douves 17160 Matha. Coordonnées GPS: Latitude:45.868756 Longitude: -0.3213799

NON, CE N’EST PAS POUR ÇA QUE NOUS NOUS SOMMES ENGAGÉS EN POLITIQUE

1 commentaire Le par

Jeunes membres du PS, du PCF, d'EELV ou du PRG, Pierric Annoot, Kamel Chibli, Caroline De Haas, Laurianne Deniaud, Thierry Marchal-Beck, Cyril Mourin et Marine Tondelier lancent un appel « à se réapproprier la chose publique pour contrer le “ tous pourris ” » et « redonner tout son sens à l’action politique ». Depuis quelques jours, nous avons un goût amer dans la bouche, un ras le bol, une colère sourde. Et surtout cette idée qui revient : ce n’est pas pour cela que nous faisons de la politique. Notre engagement est d’abord la traduction de nos révoltes individuelles et collectives face aux inégalités sociales qui s’accroissent, à des destins qui semblent s’écrire dès le berceau,  face à l’appropriation par quelques uns des biens communs, face à un

Mot-derato : La compétitivité

0 commentaire Le par

Un abus de langage consiste à ne concevoir la compétitivité que comme une notion passant par la réduction des droits du salarié et un passage à l'acide du code du travail. Ainsi, la conception libérale et liberticide de la compétitivité estime que pour relancer l'économie française et européenne, il faut diminuer les salaires et les droits des salariés, reporter l'âge de la retraite de 3 mois tous les ans, avoir des semaines de travail plus longues, et, en somme, travailler plus pour vivre moins bien. En tant que socialistes, nous pouvons, tout d'abord, nous poser la question de la

Rythmes scolaires: interview de Claire Leconte, Chronobiologiste.

3 commentaires Le par

Interview de Claire Leconte, chronobiologiste, professeur des universités en psychologie de l’éducation à Lille 3, responsable de l’équipe de recherche "Temps et cognition" et adhérente du PS.     1) LES RYTHMES : Perspectives socialistes : L'Ecole telle qu'elle fonctionne aujourd'hui respecte t-elle les rythmes biologiques des enfants ? Claire Leconte :  Elle ne respecte ni ses rythmes biologiques ni ses rythmes d'apprentissage. La semaine de 4 jours génère des ruptures constantes au cours de la semaine, ce qui ne peut aider à respecter la régularité du rythme veille-sommeil, régularité beaucoup plus importante chez l'enfant de cet âge que la durée irrégulière et répétée du temps de sommeil provoquée

La réforme des rythmes scolaires: Argumentaire.

0 commentaire Le par

Un constat Une dégradation du niveau des écoliers français. Au terme d’une étude de 2011, la France est placée 29ème sur 45 soit en dessous de la moyenne européenne (classement PIRLS). La plus forte densité d'heures d'enseignement/jour au mépris des besoins de récupération de l'enfant. Quelques Chiffres : France : 144 jours d'école Europe : 187 jours d'école France : 864

Charges ou cotisations?

2 commentaires Le par

Un abus de langage savamment orchestré par la droite et malheureusement adopté par bon nombre d'hommes politiques de gauche consiste à substituer le terme « cotisations sociales » par le terme « charges sociales ». A entendre ce dernier, on comprend tout de suite son aspect péjoratif, et ses conséquences pesantes, pénibles, désagréables et donc à éviter, ce qui conduit tout droit l'interlocuteur parlant de charges à demander un peu plus tard de les réduire considérablement, voire de les supprimer. Mais à y regarder de plus près, force est de constater que loin d'être des charges pour le citoyen et/ou la société, les cotisations sociales, qu'elles

Les derniers contenus multimédias